samedi 31 mai 2014

Programmation - juin 2014

Thématique du mois


Les montages proposés durant le mois de juin, un peu comme ceux du mois de mai, se contentent de suivre les sentiers déjà battus, mais exploités cette fois par nos séries de playlists YouTube du mardi, d’où le thème « de mardi à vendredi ». La série de billets Mardi en Musique, originalement lancée en mai 2011 en Anglais sur le forum TalkClassical s’est insérée dans ma programmation française en septembre 2011, et est aujourd’hui offerte sur l’Idée Fixe et en tandem sur MQCD Musique Classique (quand le site n’est pas en suspens pour entretien…)



Les quatre montages se veulent un clin d’œil sur mes playlists et billets préférés de Mardi en Musique – j’espère bien qu’ils vous plairont. 


Blog et Baladodiffusion du vendredi
Dimanche "en pantoufles"
Afin de rehausser votre expérience sur l'Idée Fixe

Ne manquez pas d'écouter la playlist du mois sur MQCD Musique Classique, un ensemble de travsferts vinyl. Cliquez ici pour la lire, et visitez la page d'accueil du forum pour l'écouter!


Visitez nous sur Facebook Networked Blogs et Google + afin de visionner notre contenu et nous joindre avec vos comentaires!

vendredi 30 mai 2014

Beethoven: Sonates & Concerto





Le  montage # 158 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast158


pcast158-Playlist.pdf

=====================================================================

Le dernier volet de notre série de montages « besogne à finir » considère trois œuvres pour piano de Beethoven, qui furent proposées jadis dans des montages en tant que des mouvements individuels.

Deux des eouvres sont des sonates, numérotées 14 et 15, et toutes deux se méritant des sous-titres. La première sonate, dite Mondscheinsonate (ou sonate au Clair de Lune), est un sous-titre qui fut appliqué non pas par Beethoven mais plutôt par le critique Ludwig Rellstab en 1832 (bien après la mort du compositeur) qui compare le premier mouvement aux reflets du clair de lune sur l’eau calme du lac Lucerne. Cette sonate, couplée avec la 13e sous l’opus 27 de Ludwig, était originalement la deuxième d’une série de deux « sonates sous forme de fantaisie » (ou Sonata quasi una fantasia), titre que retient la 13e… Originalement programmée dans notremontage de musiques nocturnes, cette prestation est signée Wilhelm Kempff.

Suit alors la 15e sonate, sous-titrée « pastorale ». Y a-t-il une relation entre l’atmosphère de cette sonate et celle de la 6e symphonie (qui partage le même sous-titre)? En vérité, si la symphonie a un programme explicite d’une journée à la campagne et se veut une ode à la nature, la sonate propose un climat de paix et de sérénité. Notons que l’éditeur de Ludwig apposait souvent les sous-titres sans consulter le compositeur… La sonate fut originalement programmée avec la 6e symphonie et le 4e concerto pour piano dans un montage que j’appelais « Beethoven serein ». La sonate est jouée par Vladimir Ashkenazy.

La symphonie et le concerto de ce montage partagèrent la première partie du concert légendaire du 22 décembre 1808. Le concerto en question est mon préféré de la production des concertos pour piano de Beethoven, mais celui qui est sans doute son plus joué est le 5e, dit l’Empereur. Comme ce fut le cas pour les sonates, le sous-titre n’est pas du compositeur, mais plutôt de l’éditeur basé en Angleterre Johann Baptist Cramer. Un pianiste virtuose émérite, Cramer est connu pour avoir familiarisé l’œuvre pour piano de Beethoven avec le public Anglais. Originalement du programme « Beethoven avec trois E », l’Empereur est un concerto qui culmine dans un rondo effervescent, présageant les grands concerti virtuose de Liszt et Rachmaninov. La prestation est un enregistrement d’époque du pianiste Vladimir Horowitz accompagné par l’orchestre éponyme de la maison RCA (en vérité, l’orchestre de la NBC du grand Toscanini) sous la baguette de Fritz Reiner.


Bonne écoute! 

mardi 27 mai 2014

La chronique du disque (mai 2014)

Le billet suivant est ma Chronique du Disque du 27 mai 2014. 


NDLR: Si vous cherchez plus de détails à propos de mon barème d’évaluation pour la Qualité Sonore et l’Impression Globaleveuillez lire quelques unes de mes chroniques précédentes 



Mes suggestions pour mai



Beethoven: The Creatures of Prometheus Op. 43
[eMusic]

Quand on pense à la musique de scène de Beethoven, on ne pense pas nécessairement "ballet" - on pense Egmont ou Konig Stephan, ou peit-être Fidelio. Toutefois, il y a deux ballets - un ballet chevaleresque (WoO 1) ou Ritterballett et les Créatures of Promethée. On présente souvent l'ouverture à ce ballet dans les compilations Beethoven ou même en concert, toutefois on entend rarement le ballet en entier, et se souvient-on de l'avoir vu monté par une de nos institutions locales? Autre que l'ouverture, il y a les variations que Ludwig reprend dans la symphonie Héroique (et dans ses variations du même nom pour piano). Sans être méchant, je crois que ce sont là 
les deux parties les plus intéressantes du lot. Libor Pesek dirige la Philharmonique de Slovaquie dans un enregistrement qui s'élève au niveau de la musique, disons... QS = B+, IG = B+. 



Géza Anda & Tibor Varga: The Music of Béla Bartók 
[eMusic]

Voici une série d'enregistrements radiophoniques de musiques de chambre de Bela Bartok, interprétée par des artistes Hongrois de renom à l'époque, dont le violoniste Tibor Varga et le pianiste Géza Anda. On y retrouve les contrastes pour violon, piano et clarinete, la sonate pour violon seul et deux suites pour piano, dont l'une est pour deux pianistes et percussions, et l'autre clavier est manié par Georg Solti, rien de moins. Cette musique sone tellement bien lorsqu'enre les mains d'artistes convaincus! Solide, très solide! QS = A, IG = A.


Mozart: Symphonies Nos. 40 & 41
[iTunes]

Des disques des symphonies 40 et 41 de Mozart, il y en a treize à la douzaine, sauce authentique, sauce extravagante, mono, stéréo, numérique, et par un lot stupéfiant de chefs connus et obscurs. Cet enregistrement stéréo par Karl Bohm et la Philharmonique de Vienne survit les courants et les technologies changeantes, surtout à cause de Bohm et sa baguette Mozartienne experte. Un vieux vinyle que je cherchais à transporter dans ma collection numérique, cette offrande iTunes est la bienvenue. Un de mes disques préférés. QS = A, IG = A.


Treemonisha
[eMusic]

Si on demande au mélomane moyen de nommer un opéra Afro-Américain, on ne se gênera pas de nommer Porgy and Bess. Touefois, Porgy n'est pas le premier opéra du genre - il fur précédé par plus de 20 an par cette oeuvre du compositeur Afro-Américain Scott Joplin, connu surtout pour ses compositions pour piano "Ragtime". Treemonisha fut une labeur personelle, et malgré le soutien offert par l'intelligentia Noire au tournant du XXe siècle, il ne fut jamais monté du vivant de Joplin - on le montera presque 50 ans plus tard à Atlanta, et plus tard à Houston. Cet opéra parle d'une institutrice qui tente d'éduquer les Noirs et se fair enlever par des magiciens... Le disque proposé offre des sélectoons de l'opéra interprétées par un orchestre et une chorale scandinave qui surprebd par la qualité de leur jeu et de leur diction! QS = A-, IG = A-.


Billy Joel - The Complete Albums Collection (2011)
[Torrent]

De temps à autre, j'acquiert des disques populaires, et j'en fais parfois mention dans mes chroniques. Le pianiste, auteur-compositeur-interprète Billy Joel est un artiste reconu mondialement, surtout pour ses albums des années 1970 et 80. On pense à Piano ManThe Stranger, et tant d'autres disques dont les chansons furent reprises par autant de chanteurs dans des cabarets et piano-bars... La collection proposée ici comprend l'ensemble de ses disques, y compris “Fantasies and Delusions”, une compilation d'oeuvres pour piano seul d'inspiration romantique (pensez Chopin ou Schumann) et joués par le pianiste Richard Joo sous la supervision de Joel lui-même qui - quoiqu'un pianiste doué - ne croit pas avoir le doigté classique requis. Ces petits pastiches sont intéressants, sans être trop prétentieux, et démontrent que Joel peut façonner des mélodies comme peu de compositeurs de son époque. Car l'ensemble de la collection d'albums est hétérogène, je n'offirai pas de note, mais j'approuve de cette collection pour les fans de M. Joel et de ceux qui veulent le découvrir.


dimanche 25 mai 2014

Trois Concerti de Mozart

Le billet suivant est la reprise d.un Mardi en Musique du 18 septembre 2012.

Notre réflexion sur des oeuvres téléchatgées jadis sur MP3.COM propose trois concerti de Mozart. Commençons par les deux dernières suggestions.

Les premier pupitres du Toronto Symphony, le corniste Frederick Rizner et le clarinettiste Joaquin Valdepenas entreprirent ue collaboration sur disque avec l'English Chjamber Orchestra pour le label Summit. Les trois concerti sur ce disque incluaient le concerto pour clarinette (qui ne fut pas offert sur MP3.COM) et une paire de concerti pour cor proposés ici.






Les quatre concerti pour cor de ozart (avec les concerti de Haydn et de Richard Strauss) sont les chevaux de bataille concertants pour cet instrument. En particulier, soulignions le finale du concerto K. 495 qui, avec son appel à la chasse, est probablement la mélodie la plus reconnue du lot.  Les quatre Mozart firent cpm,ôsés expressément pour son collègue et ami Joseph Leutgeb. On peut certes trouver des interprétations plus étoffées, mais celles de M. Rizner font amplement l'affaire en ce qui me concerne.

Vous vous souviendrez sans doute de Jorg Demus qui fut de notre première réflexion Jadis sur Internet en juin 2012. M. Demus signa pour RCA Italia un enregistrement du concerto K. 246 de Mozart ssir un pianoforte - et ce, avanty que cette pratique devienne largement acceptée (merci, M. Immerseel).

Ce concerto (sonm huitième) est sous-titré “Lützow” en référence à la pianiste qui en fit la commande, la comtesse Antonia Lützow. Ce concerto, comme le concerto “Jeune Homme” qui le suivra, fit donc composé pour un soliste (en fairt, dans les deux cas, une soliste) autre que Mozart lui-même.

Bonne écoute!


DETAILS

Wolfgang Amadeus MOZART (1756 - 1791)

Concerto pour piano no. 8 en ut majeur, K. 246 (“Lützow”)
Jörg Demus, dirigeant du pianoforte
Collegium Aureum
(Téléchargé de MP3.COM le 25 juin 2002)

Concerto pour cor no. 3 en mi bémol majeur, K. 447
Concerto pour cor no. 4 en mi bémol majeur, , K. 495
Fred Rizner, Cor
English Chamber Orchestra,
Jose-Luis Garcia, dir.
(Téléchargé de MP3.COM le  3 décembre 2001)

vendredi 23 mai 2014

Sibelius & Prokofiev: Symphonies no. 5





Le  montage # 157 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast157


pcast157-Playlist.pdf

=====================================================================

2014 marque un triple anniversaire qui prête à réflexion: le 100e anniversaire du début de la Première Guerre Mondiale, le 75e anniversaire de la Deuxième et le 70e du débarquement sur les plages de Normandie. Il est donc plus qu'approprié de reconsidérer une paire de montages datant de novembre 2011 explorant la musique des deux grandes guerres.

Commençons par notre montage axé sur la DGM, qui proposait des fragments de deux symphonies Russes (celles de Prokofiev et Chostakovich) ainsi qu'un extrait du War Requiem de Britten, auquel j'entends revenir en novembre.

En 1944, Prokofiev se réfugie dans une colonie de compositeurs et c'est là qu'il compose la cinquième (er sans doute sa plus poplulaire) de ses symphonies.  De dire Prokofiev, c'est un hymne à "l'Homme libre et heureux, à la puissance de son essence, de son esprot. C'est un semtiment qu'explorera également lors du confluit précédent le Danois Carl Nielsen dans une paire de symphonies (ses 4e et 5e), la première affirmant que l'Esprit Humain est inextinguile, et la seconde oppose l'Esprit Humain à la Guerre dans un combat entre les caisses claires et l'orchestre, avec l'apoth.ose triompha;e de l'Esprit.

Ce n'est toutefois pas l'Inextinguible de Nielsen qui fut retenue pour mon montage sur la PGM, mai plutôt une autre symphonie scandinave, la cinquième de Sibelius.

Le XXe siècle marque la fin du néo-Romatique comme étant le courant donminant, ouvrant la porte à un langage musical moderne, que certains appellent l'avant-garde musicale. Parmi ces courants, on compte la Deuxième École Viennoise, les grands ballets de Stravinski et le langage impressioniste de Ravel et de Debussy.

Sibelius, écrit-on, entre une période créative difficile autour de 1910, se sentant éclipsé par ces mouvements modernes, sentant qu'on accuse ses compositions d'être démodéeset vieux-jeu. Le gouvernement Finlandais commande une nouvelle symphonie à Sibelius afin de marquer le cinquantième anniversaire de sa carrière, et il en profite pour explorer ces nouveax langages, tout en restant fidèle à l'exposition des sentiments qui prévalent en ces tenos de Guere. Le résultat est fort convaincant.

Bonne écoute!

mardi 20 mai 2014

Le violon de Jasper Wood


Le billet suivant est mon Mardi en Musique du 20 mai 2014. 

Jadis sur Internet aujourd'hui met l'accent sur un autre violoniste canadien; nos pages ont considéré Corey Cerovsek de Colombie - Britannique, et attiré l'attention sur James Ehnes du Manitoba et aujourd’hui j’ajoute un troisième artiste de leur génération, provenant celui-ci de la région Atlantique du Canada. 



Jasper Wood est né dans une famille de musiciens (six frères et sœurs) à Moncton  au Nouveau-Brunswick, où il a donné sa première représentation publique à l'âge de cinq ans. M. Wood est titulaire d' un baccalauréat et d’une maîtrise en musique du Cleveland Institute of Music. Parmi ses principaux professeurs on retrouve David et Linda Cerone, Oleh Krysa, et Philippe Djokic.

Jasper Wood a remporté de nombreux prix et récompenses aux Etats- Unis, au Canada et en Europe. Il a également été récipiendaire des Prix Sylva-Gelber et Virginia-Parker, deux des prix les plus importants accordés par le Conseil des Arts du Canada.

Un fervent partisan de la nouvelle musique, Wood lui a consacré beaucoup de ses enregistrements, incluant des premières mondiales. Le premier album de Jasper Wood de 13 Caprices canadienne sur l'étiquette Analekta a été ,is en marché en 1999 et fut louangé par la critique. Depuis, sa carrière sur disque des plus diversifiée comprend la musique de Ives, Stravinski, Bartok, MacDonald, Eckhardt- Gramatte, Berio et Saint -Saëns.

Jasper Wood joue régulièrement comme mebre du trio Triple Forte (avec le pianiste David Jalbert et le violoncelliste Yegor Dyachkov) et on l’entend fréquemment sur la National Public Radio aux États-Unis et CBC / SRC au Canada .Jasper est professeur à la faculté de musique de l' Université de la Colombie -Britannique à Vancouver.

Certains des morceaux à l’affiche aujourd'hui se trouvent encore sur son site personnel, www.jasperwood.net, bien que la sonate d’Ysaye et Banjo and Fiddle de William Kroll n’y sont plus disponibles pour téléchargement. La performance radiophonique de la sonate de Grieg incluse ici était autrefois disponible sur MP3.COM. Selon le site Web de M. Wood , la performance du concerto Barber est un enregistrement estudiantin qui lui valut un prix dans un concours. 

Le partenaire de duo de Jasper dans ces enregistrements est le pianiste David Riley, avec lequel il collabore régulièrement. Riley est professeur et directeur de l'accompagnement et de musique de chambre à l'Université de l'Oregon et a précédemment travaillé comme coach vocal à la Manhattan School of Music. Il est également diplômé de l'Institut de Cleveland et l' Eastman School of Music, ayant étudié avec Anne Epperson et Jean Barr.
 
Bonne écoute!
 

Samuel BARBER (1910-1981)
Violin Concerto, op. 14
Cleveland Institute of Music Orchestra
Carl Topilow, direction

William KROLL (1901-1980)
Banjo and Fiddle, (1945)
Avec David Riley, piano

Edvard GRIEG (1843-1907)
Sonate pour violon et piano no. 3 en ut mineur, op. 45
Avec David Riley, piano

Tomaso Antonio VITALI (1663-1745)
Chaconne en sol mineur, pour violon et basse continue (ca. 1705-45)
Avec David Riley, piano

Eugene YSAŸE (1858-1931)
Sonate pour violon seul no. 4 en mi mineur, op. 27, no. 4

Téléchargement: MP3.COM et http://www.jasperwood.net/

dimanche 18 mai 2014

La couronne

Le billet suivant est la reprise d.un billet du blog  I Think You Will Love This Music Too (Montage # 55) du 18 mai 2012. 



pcast055 Playlist




La Fête de la Reine est célébrée au Canada le lundi précédant le 25 mai, jour marquant originalement l'anniversaire de naissance de la Reine Victoria, et marquant l'anniversaire de naissance du souverain en place. Cette année, la fête de la Reine sera célébrée demain, le 19 mai.

Au Québec, lundi sera la Journée nationale des patriotes. Cette journée vise à « souligner l'importance de la lutte des patriotes de 1837-1838 pour la reconnaissance de leur nation, pour sa liberté politique et pour l'établissement d'un gouvernement démocratique». Domc, un pied-de-nez à la tradition Monarchique!

La tradition Monarchique au Canada est omniprésente dans mon patelin d'Ottawa, la ville ayant été choisie par la Reine Victoria comme la capitale nationale, et visitée régulièrement depuis les années 1930 par les souverains/chefs d'état et leurs conjoints (le Roi Georges VI et la Reine Elizabeth II) ainsi que leurs héritiers (le Prince Charles et, plus récemment, le Prince William et son épouse dans leur première visite oifficielle comme mari et femme).

Ottawa a vu plus que sa part de monarques - la famille Royale des Pays-Bas s'y est réfugié pendant la Deuxième Guerre Mondiale, et la Princesse Margriet, fille de la Princesse (plus tard, la Reine) Juliana, a vu le jour à l'hôpital Civique d'Ottawa en 1943. Pour l'occasion, l'hôpital fut déclaré "zone internationale" afin d'assurer la citoyenneté Néerlandaise de la Princesse. En guise de reconnaissance, la famille Royale a fait des dons de bulbes de tulipes à la municipalité, et en fait parvenir des dizaines de milliers tous les ans.  Le Festival Canadien des Tulipes est tenu annuellement au mois de mai à Ottawa et se prétend le plus granhd festival du genre au monde, arborant plus d'un million de tulipes en fleur et est visité par des centaines de milliers d'enthousiastes.



L'an dernier, la Reine Elizabeth marquait le jubilée de diamant de son règne, ayant accédé au trône en 1952 et ayant été couronnée le 2 juin 1953. Pour marquer l'occasion, notre montage de cette semaine présente des extraits de la musique qui accompagna la cérémonie, des titres de Handel et Walton, incluant une marche additionnelle de Walton composée pour le couronnement de son père (Crown Imperial).

Le concerto dit "couronnement" de Mozart n'a pas été composé pur un couronnement, mais fut jouée à un concert qui coinciuda avec le couronnement de Léopold II.

Pour compléter le tout, des oeuvres de Meyerbeer, Tchaikovski et Elgar.

Bonne écoute!

.

vendredi 16 mai 2014

Mendelssohn & Mahler Symphonies no. 4





Le  montage # 156 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast156


pcast156-Playlist.pdf

=====================================================================

Les deux symphonies au programme aujourd'hui complètent des eouvres initiées dans notre montage sur le vinyle numérique et notre vacance musicale en Italie.

Dans sa tournée à travers le continent européen, Mendelssohn, après l'Allemagne, la France et l’Angleterre, fait escale en Italie au printemps 1830. Il a alors en chantier la Symphonie Écossaise, inachevée, ainsi que plusieurs autres travaux. Cependant, il tient à entamer un nouvel ouvrage, une symphonie qui, comme celle dédiée aux highlands écossais, s’inspirera des paysages et des émotions romantiques du compositeur à travers l’Italie. Sa symphonie, achevée en 1833, fut une grande réussite et fut longtemps considérée comme la meilleure du musicien, avant que l’Écossaise ne soit glorifiée elle aussi.

L'œuvre, terminée à Berlin , a été créée à Londres le 13 mai 1833.

Récemment, nous avons programmé la troisième symphonie de Mahler, qui fait partie d'un ensemble de symphonies inspirées par Des Knaben Wunderhorn, un recueil d'environ mille chants populaires (Volkslieder) germaniques, des plus anciens remontant à la fin du Moyen Âge jusqu’à la période contemporaine de publication. Das himmlische Leben (La vie céleste) composée en février 1892 (puis orchestrée en mars 1892) est un des textes utilisés par Mahler et devient le finale de la Symphonie n° 4.

La symphoie a une autre distictuin - au deuxième mouvent on entend unviolon désaccordé (en ré), qui représente le diable (Gustav Mahler disait que cet instrument était « Le violon de la mort »), quoiqu'à la fin du mouement, on peut conclure qu'il n'est peut-être pas si maléfique que cela.

Bonne écoute!





mardi 13 mai 2014

Faut pas se presser!


Le billet suivant est mon Mardi en Musique du 13 mai 2014. 

Cette semaine, je vous propose une playlist YouTube qui va sûrement à l'encontre de notre thématique du mois qui propose des oeuvres complètes, et s'avance obstinément vers des mouvements individuels de concerti, qui sont tous des mouvements lents.

Aucun des fragments proposés n'a besoin d'une longue introduction - certaines pièces furent l'objet de montages dans nos pages ou de discussion par le passé. Chaque sélection est assortie d'un hyperlien, soit à un miontage antéreur ou une prestation YouTube, qui propose l'oeuvre complète.

Alors donc, prenez ça relax et dégustez ces petis bijoux sans vous presser!


DETAILS


Johann Sebastian BACH (1685-1750)
Concerto pour deux violons en ré mineur, BWV 1043
(Largo ma non tanto)
solistes: Serwan Sereni et Peter McGuir
Kenwood Symphony Orchestra, sousKenneth Freed
(La Petite Bande dans un montage du mois d'octobre 2013)

Antonio VIVALDI (1678-1741)
La primavera (le printemps) en mi majeur, RV 269
(Largo e pianissimo sempre)
Vaclav Navrat, violon baroque
Vivaldi orchestra Praga
(Julia Fischer sur YouTube)

Benedetto MARCELLO (1686-1739)
Concerto pour hautbois en ut mineur, SF. 799 (attribué à A. Marcello)
(Adagio)
Andrew Price, hautbois
Atlantic Symphony Orchestra, sous Jin Kim
(John de Lancie sur YouTube)

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791)
Concerto pour piano no. 21, en ut mineur, K. 467
(Andante)
Radu Lupu, piano
English Chamber Orchestra sous Uri Segal
(Geza Anda dans un montage de janvier 2012)

Robert SCHUMANN (1810-1856)
Concerto pour piano en la mineur, Op. 54
(Intermezzo: Andante grazioso)
Maurizio Pollini, piano
Berliner Philhrmoniker sous Claudio Abbado
(Radu Lupu dans un montage de janvier 2012)

Pyotr Ilich TCHAIKOVSKY (1840-1893)
Concerto pour piano no.1 en si bémol mineur, Op. 23
(Andantino semplice)
Amirmahyar Moradi (piano)
Armenian Philharmonic Orchestra sousAlexander Treger
(Martha Argerich dans un montage de décembre 2013)

Sergey RACHMANINOV (1873-1943)
Concerto pour piano no. 2, en ut mineur, Op. 18
(Adagio sostenuto)
Boris Berezovsky, piano
Ural Philarmonic Orchestra sous Dmitry Liss
(Sviatoslav Richter dans un montage de juillet 2013)

George GERSHWIN (1898-1937)
Concerto in F (1925)
(Adagio. Andante con moto)
Anastasios Pappas, piano
George Enescu Philharmonic, sous Alexandre Myrat
(Andre Previn sur YouTube)

Joaquín RODRIGO (1901-1999)
Concierto de Aranjuez (1939)
(Adagio)
John Williams, guitare
Orchestra of the Royal Opera House sous Antonio Pappano
(John WIlliams sur YouTube)

André MATHIEU (1929-1968)
Symphonie Romantique (Concerto de Québec) (1943, rev. 1947)
(Andante)

Philippe Entremont, piano
Orchestre du Capitole de Toulouse, sous Michel Plasson
(Alain Lefèvre dans un montage de janvier 2013)

dimanche 11 mai 2014

Un bouquet pour maman

Le billet suivant est la reprise d.un billet de faveur (Montage # 5) du 13 mai 2012.





pcast005 Playlist (en anglais)



Aujourd'hui nous célébrons la Fête des Mères en Amérique du Nord - j'ai cru bon vous proposer quelque chose que vous pourrez donner à Maman avec votre carte de souhaits et vos fleurs!

Deux airs d'opéra à propos de Maman

Deux sélections for différentes - la première est un extrait de Carmen de Bizet où Don José reçoit un doux message de la part de sa mère, tel que transmis par sa fiancée, Micaëla. Bien sûr, il lui enverra un message à son tour...

Ensuite, un aria plus triste de la part de Puccini et de son court opéra Suor Angelica, déplorant qu'un enfant a vécu sans l'amour de sa mère.  Puccini reviendra plus tard dans le montage avec son Crisantemi.

Des fleurs et les jardins d'Espagne

Finies les larmes!

J'ai monté une série de compositions qui tournent autour de la thématique des fleurs. Vous en reconnaîtrez sans doute plusieurs, dont le célèbre duo extrait de l'opéra de DelibesLakme.

Le clou du programme est la suite des Nuits dans les jardins d'Espagne de Manuel de Falla. La porestation choisie est de la pianiste canadienne Angela Cheng accompagnée par Hans Graf et de la Philharmonique de Calgary.

Bonne fête à toutes les mamans, et bonne écoute!

vendredi 9 mai 2014

Korngold & Beethoven: Concerti pour violon





Le  montage # 155 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast155




pcast155-Playlist.pdf

=====================================================================

Le montage de cette semaine continue notre série de "besogne à finir", en jetant un coup d'oeil sur deux concerti pour violon qui furent proposés en partie dans deux montages antérieurs.

Le concerto pour violon en ré majeur de Beethoven est un de plusieurs morceux proposés dans un de nos montages les plus vieux - notre quatrième - qui considérait des titres de ma collection vinyle. Parmi les oeuvres incomplètes on compte la quatrième symphonie de Mahler (aui est au programme la semaine prochaine), et Daphnis et Chloé de Maurice Ravel. Notons que nous avons exploré ce cincerto une deuxième fois en 2012, cette fois dans une transcription pour piano et orchestre créée par Beethoven lui-même.

Le Korngold, lui aussi en ré majeur, fait partie d'un autre montage de 2011, celui-là fut francisé dans un Quinze que j'en pense em 2012. Le montage, qui souligne la Fête du Canada, proosait d'autres oeuvres fragmentaires: une poignée de variations Goldberg de Bach et deux extraits de la suite Canadiana d'Oscar Peterson.

Dans les deux cas, les prestations originales sont proposées: Ferras pour le Beethioven et James Ehnes pour le Korngold.

Bonne écoute!




mardi 6 mai 2014

Musiques Nocturnes

Le billet suivant est mon Mardi en Musique du 6 mai 2014

Ce billet reprend le Montage # 22 (Commentaire original: http://itywltmt.blogspot.ca/2011/09/montage-22-night-time-la-nuit.html)



pcast022 Playlist


La sélection souvenir du mois de mai nous offre non seulement l’occasion de renouer avec un de mes montages illustratifs préférés, mais sert également d’exemple éloquent de notre thématique du mois, la besogne à finir.
Ce nouvel arc thématique, commencé vendredi dernier avec notre regard sur les premières symphonies de Tchaïkovski et Schumann, ramène des œuvres qui furent proposées sous forme fragmentaire dans des montages antérieurs.
Dans le cas précis du montage proposé ici, en plus de courtes sélections et d’œuvres complètes de Vivaldi et Ravel qui illustrent la thématique de la nuit, de la lune et de l’atmosphère nocturne, j’ai proposé des fragments (de mouvements) extraits de compositions de François Dompierre, Gustav Mahler, et deux « incontournables » de Mozart et Beethoven.
Mon montage cédulé pour le 30 mai reprendra la sonate “Au Clair de Lune” de Beethoven dans la prestation Wilhelm Kempff échantillonnée ici, mais si vous mourrez d’impatience, vous n’avez qu’à visiter les hyperliens YouTube proposés plus bas pour écouter des prestations intégrales de ces quatre camuse-gueules….
Le montage proposé ici faisait partie d’une trilogie originalement publiée en septembre 2011 qui inclut le jour et l’équinoxe d’automne.

Bonne écoute!


Afin de compléter les oeuvres fragmentaires:

François DOMPIERRE (*1943)
Brunante extrait du Concerto pour piano en la majeur (1978)
[Performance intégrale]

Gustav MAHLER (1860-1911)
Deuxième mouvement (Nachtmusik: Allegro Moderato) de la Symphonie no. 7 en mi mineur (1904-05) "Lied Der Nacht" (Chant nocturne)
[Performance intégrale, sous Pierre Boulez]

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791)
Deuxième mouvement (Romance - Andante) de la sérénade No. 13 en sol majeur, K. 525 "Eine kleine Nachtmusik" (Petite musique de nuit)
[Performance intégrale, sous Karl Münchinger]

Ludwig van BEETHOVEN (1770-1827)
Premier mouvement (Adagio sostenuto) de la sonate pour piano no. 14, en ut dièse mineur, op. 27, no. 2 "Au Clair de Lune"
[Performance intégrale]


dimanche 4 mai 2014

Double Jeu: Mozart & Mendelssohn

Le billet suivant est la reprise de notre Montage #71 du 14 septembre 2012.





pcast071- Playlist


Quand j'étais aux études de maîtrise, je faisais partie d'une équipe de balle-molle. La balle molle, c'est la vertsion moins sérieuse du baseball, qui implique normalement un jeu relax, de la bière en bonne quantité et dans notre ligue, un minimum de trois demoiselles. Pour un match ou deux, une étudiante post-doctorale de France s'est jointe à notre équipe et sa question une fois sur place était: mais où est donc la montagne?


Elle parlait bien sûr du monticule, exagéré à souhait dans les bandes dessinées de Charlie Brown (ci-haut).

Le baseball est tantôt jeu de stratégie, tantôt hjeu d'adresse et toujours une source de discussions parmi les spectateurs. On ne peiut apprécier un match de baseball que dans ce qu'on appelle communément les estrades populaires. Dans le temps, on pouvait assister à un match des Expos de Montréal au stade Olympique pour un dollar!

Pourquoi parler de baseball? Eh bien, l'expressuion double jeu au baseball désigne un jeu défensif important, impliquant le retrait de deux coureurs suite à un coup frappé au sol, et l'échange rapide de la balle entre les joureus d'avant champ qui doivent toucher le coussin avant l'arrivée du coureur (qui lui, selon les règles du jeu, se doit d'avancer au prochain coussin si la balle est en jeu).

Une façon un peu unique d'encadrer notre montage de cette semaine, qui offre trois double concerti: deux de Mozart, et le concerto de jeunesse de Mendelssohn pour piano et violon.

De Mozart, à Mendelssohn, et de retour à Mozart. Un peu comme un doubl;e-jeu 3-6-3...

Bonne écoute!


samedi 3 mai 2014

Lettre ouverte à M. Claude Toutant

Monsieur,

Par la présente j’aimerais conclure un fil de messages privés entre vous et moi, concernant une paire de « groupes privés » sur Facebook dont vous êtres l’administrateur principal, et auquel j’ai contribué pendant plusieurs mois.

Je crois que ce dernier message est nécessaire afin de faire le point sur l’initiative que je mène depuis trois ans, ses objectifs et ce que je considère comme étant la source du malentendu qui a mené à mon ultime désistement de vos groupes.  

Comme vous, je suis un mélomane convaincu et comme vous, j’ai choisi de m’engager dans une initiative sur le web pour partager mon enthousiasme et promouvoir la musique classique.

Si on s’en tient uniquement aux interventions des membres de vos groupes pour les fins de cette analyse sommaire, vous conviendrez que YouTube semble être la source principale de musique classique sur Internet. C’est spécifiquement la raison pour laquelle, il y a maintenant trois ans, j’ai lancé mon initiative de partager des montages et des playlists de musique classique par le truchement de mes blogs et de ma chaîne de baladodiffusion. C’est avec fierté que je signale que cette initiative est responsable pour la diffusion de centaines d’heures de musique disponibles ouvertement sur le web, qui peuvent être téléchargées sur un baladeur numérique. Je ne tire aucun profit de cette aventure, et les heures passées à préparer cette musique est quelque chose que je fais pour mon édification personnelle et pour mon bon plaisir.

Sur l’aspect financier en particulier, j’ajouterai que je n’utilise que des services gratuits pour moi et pour ceux qui fréquentent mes initiatives, je ne fais pas de « monétisation  » (comme on le dit dans le jargon du Web), et je n’arbore aucune publicité – one ne pourra pas en dire autant pour YouTube et Facebook!

A votre invitation, je me suis joint à « votre gang », et j’ai partagé un bon nombre de mes montages, playlists et réflexions sur vos pages. Dans la grande majorité des cas, les membres démontrent ouvertement leur appui avec des « coups de pouce » et des commentaires – certains même furent les vôtres!

Après mûre réflexion, je tire la conclusion que vous considérez mes interventions sur vos pages comme de la « promotion » de mes initiatives. Il serait malhonnête de ma part de ne pas acquiescer qu’il y a une « zone grise » intrinsèque entre le partage et la promotion dans mes interventions chez vous et ailleurs (sur FB, ou dans des forums spécialisés). Je vois cette promotion comme in "effet secondaire" et pas comme la raison principale de mes partages qui - selon vos mots - sont fidèles "au jeu".

En tant qu’administrateur et modérateur de vos groupes, il est parfaitement légitime pour vous de vouloir éliminer les interventions que vous croyez de la promotion de produits et services pure et dure. Il est dommage que votre point de vue vis-à-vis nos contributions applique ce filtre. Je suis sûrement déçu que vous voyiez les choses ainsi – quoiqu’il n’y a pas d’amertume, soyez-en assuré!

Le monde des mélomanes internautes (et spécifiquement les francophones) compte un nombre plutôt modeste, et je suis certain que nous continuerons à nous côtoyer « virtuellement ». J’ai espoir que vous continuerez à visiter mon blog à l’occasion, et trouverez des trucs à partager avec vos amis.
Merci, et bonne chance dans vos initiatives!


Pierre Cherrier

vendredi 2 mai 2014

Schumann & Tchaikovski Symphonies no. 1





Le  montage # 154 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast154


pcast154-Playlist.pdf

=====================================================================

Que ce soit les stations "Top 40" ou les stations de musique classique, on a tendance à programmer des oeuvres plusieurs fois, parfois même au point d'en devenir malade. En voyage d'affaires, il y a une dizaine d'nnées, j'écoutais la chaîne Britannique Classic FM programmer les même titres à répétition. Quel manque d'originalité!

C'est pourquoi, au cours de ce projet de baladodiffusion maintenant vieux de 3 ans, j'évite d'offrir les mêmes pièces. Parfois, je trébuche - j'oublie occasionnellement que telel ou telle oeuvre a déjà fit l'objet d'un montage... Ce mois-ci, toutefois, c'est l'exceprion, car l'ensemble des pièces furent déjà montées dans une baladodiffusion antérieure. La différence ici est que les pièces en question ont été programées en partie, et cette fois, on y va pour des versions intégrales.

Par exemple, dans un montage dédié au printenps, j'ai programmé des portions d'oeuvres de Grieg, Stravinski, Copland, Mahler et Schumann. Le Schumann était sa première symphonie sous-titrée "le Printemps". Cette synphohnue ouvre le montage de cette semaine, dans la prestation originalement échgantillonée sous la baguete de Ricardo Chailly.

Afin de compléter le programme, j'ai opté pour une autre première symphonie, également programmée antérieurement et inspirée par une saison. Oui, cet hiver fut particulièrement rude, et loin de moi de vouloir nous remettre dans le bain de la neige et du froid! La première de Tcahïkovski est sous-titrée "songes d'hiver" mais se veut assortie d'illusions et d'atmosphère féérique. La prestation, sous Andrew Litton, est charmante et bien en place.

Bonne écute!




jeudi 1 mai 2014

Radamisto (Handel)

Nos opéras du mois à venir jusqu'à maintenant s'en somt tenu à des titres classiques, Bel Canto ou modernes. Aujourd'hui, nous nous aventurons dans un domaine pas mal diff.rent, celui de l'opéra baroqie.

Quand on pense baroqiue, on pense surtout cantate: Jean-Sébastien Bach et Georg Frederich Handel sont deux noms qui ont marqué le genre, surtout avec des titres sacrés. L'opéra tel qu'on le connaît aujourd'hui prend forme ay XVIIe siècle en Italie, et autour de 1635 on voit les premières maisons d'opéra ouvrir leur portes. Le sujet de ces opéras est surtout dans la mythologie (pensons à Orphée et Euridice) et la tradition veut qu'on offre une résolution heureuse à ces oeuvres. L'aspect tragique de l'opéra arrivera au  XVIIIe siècle, et donc l'aspect comique est prédominant dans les oeuvres de la première heure.

Autour de 1700, alors qu'on commence à voir des tragédies et de comédies on parle d'opéra seria et d'opéra buffa - sérieux ou bouffe... Quand on parke d'opéra seria, on pare habuituellement dans le contexte du baroquie ou de l'opéra classique (pensons à Idomeneo de Mozart) plutôt qu'aux tragédies des grands opéras Italiens (Puccini, Verdi, Donizetti...)

Comme on le disait en début de billet, parmi les grand snoms de l'opéra baroque on s'attend à voir celui de Handel - qui fut présenti par l'Académie de Musique Royale d'Angleterre, qui fut elle-même formée en 1720. Handel crira un grand nombre d'opéras pour cette société. Entre 1711 and 1740 Handel créera plus de 40 opéras en Italien, dont les plus connus sont Giulio Cesare in Egitto (1724), Rodelinda (1725), Ariodante (1734), et Alcina (1735).

Notre choix d'aujourd'hui, Radamisto, est le premier opéra composé par Handel pour la Royal Academy. Pou le livret, il collaborera avec Nicola Haym, un académicien, musicien arrangeur et auteur à l'emploi de la société. Radamisto est le premier opéra de Handel à flirter avec un conte historique, évitant la magie, la superstition et le surnaturel. Inspiré des annales de Tacite (Ab excessu diui Augusti) on y propose le récit du couple formé par Radamisto et Zenobia, qui sont assiégés par les troupes de Tiridate, qui règne un pays voisin. Quoique l'époux de la fidèle Polissena, Tiridate s'amurache de Zenobia aet c'est l'ensemble de ses efforts afin de la séduire -en éliminant son mari - qui forme l'essentiel de l'opéra. Afin d'offrir une résolution heureuse, Tindate finira par renouer avec Polissena, et Radamisto survivra et retrouvera Zenobia. 

L'opéra suit un ensemble de relations faniliales qui incluent l'amour, la fidélité, l'héroisme la d.ception et l'opiniâtreté.  



George Frideric HANDEL (1685 - 1759)
Radamisto, HWV 12
Opéra en trois actes 
Livret italien de Nicola Francesco Haym, inspiré de L'amor tirannico, o Zenobia de Domenico Lalli et Zenobia de Matteo Noris.

Rôles Principaux

Radamisto, fils de Farasmane; Joyce DiDonato
Zenobia, son épouse; Maite Beaumont 
Tiridate, Roi d'Arménie; Zachary Stains 
Polissena, son épouse, fille de Farasmane; Patrizia Ciofi 
Farasmane, Roi de Thrace; Carlo Lepore

Il Complesso Barocco dirigé par Alan Curtis 

Argunent @ http://fr.wikipedia.org/wiki/Radamisto#Argument
Livret @ http://www.haendel.it/composizioni/l...pdf/hwv_12.pdf


Cette prestation est extraite de la baladodiffusion de l'émission  Friday Night at the Opera du 26 août 2011, et u=nclut le commentaire parlé (en Anglais) de l'animteur  Sean Bianco. Source:: https://archive.org/details/FNAO110826

 

Pages vues la semaine précédente