vendredi 9 juin 2017

Unvollendet





Ce billet B + B propose notre montage # 250. Pour l'écouter, il suffit d'utiliser le lecteur Pod-O-Matic intégré au billet.



=====================================================================

C’est notre coutume d’offrir un montage « étendu » pour marquer les grands jalons dans notre série B + B, qui se chiffre maintenant à 250. Ainsi, presque une heure et 45 minutes de musique  couvrant quatre titres… inachevés.

On peut considérer une œuvre inachevée de plusieurs façons: pourquoi donc Schubert aurait-il mis de côté sa symphonie en si mineur après avoir achevé deux mouvements, et quelques mesures d’un scherzo? Pourquoi a-t-on cru bon d’achever des œuvres laissées incomplètes par le décès de leur auteur?

Prenons d’emblée la deuxième proposition; était-ce un sacrilège, par exemple, pour Franco Alfani d’avoir achevé Turandot? Si on croit la légende de la première performance de l’ultime opéra de Puccini, assorti d’un rideau et de l’intervention de Toscanini qui dit (je paraphrase) « Ici, le Maître pose son crayon » sans qu’on entende les dernières minutes de l’opéra, M. Toscanini se range dans cette direction…

Mahler avait établi une méthodologie de travail qui créait un équilibre entre sa carrière de chef et sa vocation de compositeur. Ainsi, il prenait en moyenne deux ans à préparer une œuvre – un été passé à créer les esquisses et idées à élaborer, et orchestrait et complétait son travail à temps perdu et au cours de l’été suivant. Il ne fut donc pas surprenant de trouver ses cartables pleins d’esquisses et de brouillons de sa dixième symphonie, avec un mouvement (l’Adagio initial) presque complet. Son décès prématuré en 1911 laisse donc l’ouvrage incomplet. Certains encourageront un bon nombre de ses contemporains – et des musicologues – à étudier ces cartables et de reconstituer une œuvre finale depuis ces notes. La version du musicologue Deryck Cooke (offerte ici dans un clip YouTube) est une version qui a gagné une certaine notoriété, en dépit d’une génération de Mahleriens (dont MM. Bernstein et Kubelik) qui se sont limités à l’exécution de l’Adagio, seul mouvement « authentique » provenant du crayon de son maître.


Tchaïkovski a entrepris à maintes reprises des projets de symphonie qu’il abandonnera, recyclant ses esquisses sous forme de suites, par exemple. Un projet du début des années 1890 n’aboutira pas en une symphonie, mais se trouvera recyclé sous la forme de son troisième concerto pour piano (qui ne compte qu’un seul mouvement), et d’un scherzo-fantaisie pour piano seul.


--  YT --
Le décès du compositeur amène un confrère, Sergey Taneyev, à retravailler deux autres mouvements de la symphonie (originalement destinés à être l’Andante et le Finale du concerto) et publiera le résultat comme « l’opus 79 » du compositeur.


Dans les années 1950, le musicologue russe Semion Bogatyrev s'intéressa aux esquisses laissées par Tchaïkovski et tenta de reconstruire la symphonie telle qu'elle aurait pu être achevée. Pour le premier mouvement, il disposait de l'orchestration même de Tchaïkovski. C'est l'Andante  qui fut le plus difficile à reconstruire, et Bogatyrev suivit les idées principales de Taneyev en essayant de restituer aux mieux à l'orchestre la finesse de la partie pianistique. Le manuscrit comportait plus d'indications pour le Scherzo, malgré de nombreuses ratures et des indications incompréhensibles ; aussi Bogatyrev dut-il se servir fréquemment de la version pour piano. Le Finale, enfin, était le mouvement le plus avancé avec le premier, et Bogatyrev put encore une fois s'appuyer sur les notes du compositeur.

Ainsi donc, le montage d’aujourd’hui propose l’Inachevée de Schubert, l’Adagio de la Dixième de Mahler, la reconstruction de la symphonie de Tchaïkovski et, pour compléter le montage, la reconstruction par Glazounov de la troisième et dernière symphonie de Borodine qui, contrairement au Mahler et au Tchaïkovski) est acceptée sans réserve dans le répertoire symphonique du compositeur.


Bonne écoute!

0 commentaires:

Publier un commentaire

 

Pages vues la semaine précédente