vendredi 5 septembre 2014

Quoi de neuf, Gustav Mahler?





Le  montage # 163 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast163


pcast163- Playlist

=====================================================================

Cette semaine, nous reprenons le collier et proposons de nouveaux B + B, ceux-ci axés sur un arc composé de neuvièmes symphonies.

La malédiction de la neuvième

Est-ce que j'exagère? Après tout, Mozart composa au mouns 41 symphonies, Haydn 104 et même Chostakovitch en compose 15. Toutefois, il semble qu'il y a un grand nombre de compositeurs de touttes sortes d'ascendance qui n'en cmposeront que neuf: Beethoven (bien sûr) mais Ralph Vaughan-Williams, Alexandre Glazounov, et le quatuor de compositeurs retenus pour notre série de blogs te baladodiffusions: Dvorak, Schubert, Bruckner et notre compositeur d'aujourd'hui, Gustav Mahler.

Mahler se montre particulièement superticieux et, suite au succès de sa huitièem symphonie *la Symphonie des Mille), son prochain ouvrage dih=gne d'une symphonue (Das Lied von der Erde) ne sera pas ouvertement appelée une symphonie, même s"il en a toutes les proportions. (Notons que Mahler ne propose pas toujours de symphonies qui suivent la tradition de quatre mouvements..)

Lorsque Mahler complète le chant de la Terre, il composera une symphonie qu'il numérotera sa neuvième et il en esquissera une autre alors que le destin frappe et Mahler meurt avant de compléter et pubblier une dixième symphonie.

A vous de décider si on a affaire à une malédiction...

La Neuvième de Mahler

Mahler menait deux carrières de front: une de chef d'orchestre, et l'autre de compositeur. Afin de composer avec les exigeances de ces deux carrières, Mahler avait l'habitude de composer pendant la saison estivale (une relâche annuelle de ses activités orchestrales, passées au chalet familial en Carinthie. Habituelement, une oeuvre come la neuvième demande deux ans de gestation: un été d'esquisses et un été d'orchestration. Mahler dédie les étés de 1908 et 1909 à cette neuvièeme, et aurait sans doute créé l'oeuvre durant la saison 1910-11 si ele n'aurait pas été écourtée par la maladie qui l'emportera.

C'est son émule Bruno Walter qui en assurera la création en juin 1912 à Vienne.

Contrairement à plusieurs des oeuvres symphoniques de Mahler, cette symphonie suit la formule de quatre mouvements, mais avec une sonate et un finale avec un tempo lent. Le mouvement de danse sera un joli ländler comme c'est son habitude. La tonalité initiale est le ré majeur, mais progressivement on se range un demi-ton plus haut. L'ortchestre requis est augmenté de plueisurs bois graves et d'une panoplie de percussions.


La prestation retenue en est une du chef germanique Kurt Sanderling, qui (contrairement
 la majorité de ses compatriotes d'ascendance juive à avoir choisi l'exil pendant l'occupation Nazie) fera carrière à l'Est du Rideau de Fer: il sera premier chef de la Philharmonique de Leningrad (poste qu'il partage avec le grand Mravinski) et l'orchesre symphonique de Berlin (qui évolue dans le secteur Est). C'est d'ailleurs avec cet orchestre qu'il npus propose cette prestation.

Bonne écoute!






0 commentaires:

Publier un commentaire

 

Pages vues la semaine précédente