vendredi 21 mars 2014

Gloria!





Le  montage # 148 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast148


pcast148-Playlist.pdf

=====================================================================

Le billet de cette semaine s'inspire d'un de nos premiers montages, publié en français comme Billet de Faveur durant le Carême de 2012. L emontage avait assemblé un nombre de versions de l'Agnus Dei.

Le Gloria (Gloire à Dieu au plus haut des Cieux…) est lui-aussi une des sections de la messe traditionnelle, quoiqu'on retrouve des versions de cette prière en musique à l'ext.rieur de ce contexte. En articulier, je retiens aujourd'hui des compositions de Francis Poulenc, et d'Antonio Vivaldi.

Dans un Quinze que j'en pense, j'avais exploré le retour à la religion de Francis Poulenc aet de ses pèlerinages chex la Madone de Rocamadour. Dans un rcent montage, j'ai proposé une série de prières a capella qui dantent de ce renouveau, et le Gloria est probablement un des exemples les plus remarquables du genre sacré au XXe siècle. La prestation retenue est signée Geroges Prêtre.

Vivaldi aurait composé trois versions du Gloria, mais deux versions seulement ont survécu dans les annales musicales (RV 588 et RV 589) alors que la troisième (RV 590) est sans doute perduethe Le Gloria RV 589, conu simplement comme le "Gloria" de Vivaldi est la version la plus jouée et donc la plus connue du Prêtre Rouquin. Les deux Gloria datent du séjour de Vicaldi à la Pieta.

En plus de Poulenc et Verdi, j'ai retenu deux Glorias issus de messe: le Gloria de la Paukenmesse de Joseph Haudn, et k'autre est une composition du jazzman bien connu Chuck Mangione. Un Gloria à saveur Gospel, elle fait partie d'une messe (inédite?) dédiée à St-Bernard (ou au séminaire du même nom dams sa ville natale de Rochester dans l'état de New-York). La prestation provient d'une performance publique au Massey Hall de Toronto.

Le montage ouvre avec un Gloria -un hymne - différent de la prière traditionnelle. Cet hymne est attribué à Théodulf d'Orléans, un homme d'Église et un lettré de l'époque carolingienne, évêque d'Orléans, protagoniste de la « Renaissance carolingienne ». L'hymne Gloria, laus et honor Tibi aurait été composé durant sa détention à Angers et est toujours en usage dans la liturgie latine du Dimanche des Rameaux. L'authenticité de cette attribution est désormais admise.

Bonne écoute!


0 commentaires:

Publier un commentaire

 

Pages vues la semaine précédente