vendredi 28 mars 2014

Alexandre Guilmant (1837-1911)





Le  montage # 149 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast149


pcast149-Playlist.pdf

=====================================================================
J’ai l’habitude de programmer des réflexions et des montages autour de l’orgue pendant la période du Carême, et la plupart de nos billets du mardi et du dimanche ce mois-ci ont entamé cette tradition. Le billet d’aujourd’hui ainsi que celui prévu pour le Vendredi Saint (Les Méditations sur le Mystère de la Sainte Trinité d’Olivier Messiaen) contribueront également à cette thématique.

Messiaen appartient à une longue tradition d' organistes français, qui étaient organistes titulaires dans certaines des églises les plus prestigieuses de France ( beaucoup d'entre elles étaient dotés d'instruments du facteur Cavaillé-Coll ), en plus d’être des compositeurs et des enseignants . La tradition remonte à César Franck et Camille Saint -Saëns, et plusieurs de nos billets mentionnés plus haut ont permis de considérer plusieurs de ces grands hommes.

Quelque peu négligé parmi ces luminaires de l' orgue français est l'un des premiers de ces triple-talents , Alexandre Guilmant .

Formé auprès de son père, puis du maître belge Jacques- Nicolas Lemmens , Guilmant est devenu un organiste et professeur à Boulogne -sur-Mer , sa ville natale . En 1871, il a été nommé à la tribune des grands orgues de la Trinité de Paris – le même poste que Messiaen occupera pendant près de 60 ans et que Guilmant occupera pour seulement ... 30 ans.
Dès lors Guilmant mène une carrière de virtuose , donnant des concerts aux États-Unis ( le premier grand organiste français à visiter ce pays ) , au Canada , ainsi qu'en Europe , en particulier des visites fréquentes en Angleterre . Ses réalisations américaines comptent une série de pas moins de 40 récitals en 1904 sur le plus grand orgue du monde , celui de l’Exposition Universelle de Saint-Louis , aujourd'hui conservé comme le cœur de l’orgue Wanamaker de Philadelphie .

En 1894 Guilmant fonde la Schola Cantorum avec Charles Bordes et Vincent d'Indy . Il y enseigna ainsi que de son domicile jusqu'à sa mort en 1911 . En outre, il a enseigné au Conservatoire de Paris où il succède à Charles -Marie Widor comme professeur d'orgue en 1896 .

Comme un organiste exégète , Guilmant a supervisé des éditions critiques et anthologies comme les archives des Maîtres de l'orgue et l'École classique de l' Orgue . Ces anthologies , malgré tous les développements musicologiques qui ont eu lieu depuis le temps de Guilmant , restent de très précieuses sources de musique ancienne qui est souvent difficile à trouver ailleurs.

Guilmant était un compositeur accompli et extrêmement prolifique . Contrairement à Widor , qui produit de la musique dans tous les principaux genres , Guilmant se consacre presque entièrement à des œuvres pour son instrument , l'orgue. Entre autres : Pièces de dans différents styles ( publiés en 18 livres ) ; L' organiste pratique (publié en 12 livres ) , et L'Organiste liturgique (publié en 10 livres ) .

La plupart de ses morceaux ( y compris celles jouées les plus fréquemment ) sont relativement courts . Parmi ses pièces les plus ambitieuses on compte huit sonates, conçues au pupitre de l'orgue Cavaillé-Coll de la Trinité , et donc symphoniques dans le style et la forme à la Franck ou Widor . Deux de ces sonates ( La première et la huitième) ont reçu un traitement orchestral supplémentaire et sont également connues comme ses deux symphonies pour orgue et orchestre . Ce ne sont pas « concertos », mais plutôt des pièces où l'orgue est entièrement intégré à l'orchestre . En dépit d'être défendues par de grands chefs ( La Symphonie n ° 1 pour orgue et orchestre fut programmée par Sergei Koussevitzky dans les années 1930 ), les enregistrements de ces œuvres sont rares et peu fréquents . Les enregistrements retenus pour le montage d'aujourd'hui faisaient partie d'un ensemble de deux disques avec Yan Pascal Tortelier, le BBC Philharmonic , et en collaboration avec le titulaire de la cathédrale de Liverpool , Ian Tracey .

En complément de programme, j'ai ajouté quelques œuvres courtes d'une gravure récente Naxos .


Bonne écoute!


0 commentaires:

Publier un commentaire

 

Pages vues la semaine précédente