vendredi 28 juillet 2017

Narciso Yepes (1927 –1997)





Ce billet B + B propose notre montage # 254. Pour l'écouter, il suffit d'utiliser le lecteur Pod-O-Matic intégré au billet.



=====================================================================
Le B+B de cette semaine explore un aspect du répertoire quelque peu négligé au cours de notre série – la guitare.

Qui dit guitare dit musique Espagnole et deux noms me viennent immédiatement à l’esprit: Francisco de Asís Tárrega y Eixea et Narciso Yepes. Souvent appelé le Père de la guitare classique et probablement un des plus grands guitaristes de son époque, Tárrega est, en quelque sorte, le porte-étendard pour ce qui est du compositeur prototype du répertoire pour guitare espagnole avec, entre autres, ses Recuerdos de la Alhambra.

Yepes, quant à lui, est en bonne compagnie avec les Segovia et Lagoya de ce monde, mais son cheminement et sa technique font de lui à mon avis le plus grand virtuose de la guitare classique durant le XXième siècle.

Yepes reçoit sa première guitare à quatre ans et, après des leçons privées (merci à Papa qui le traine à dos d’âne trois fois par semaine!), il s’inscrit au Conservatoire de Valence à l’âge de 13 ans. Son professeur principal au Conservatoire est le pianiste et compositeur Vicente Asencio avec lequel il suit une formation classique en harmonie et en composition. Yepes souligne que son professeur était généralement réticent envers ses élèves guitaristes car il considérait cet instrument incapable du legato d’un piano. Ceci force Yepes à développer sa propre technique (dite A-M-I pour Annulaire-Majeur et Index) un doigté qu’il maîtrise afin de prouver la prouesse de la guitare (et sa prouesse comme interprète).

A 20 ans, en décembre 1947, il exécute pour la première fois le grand Concierto de Aranjuez de Rodrigo à Madrid et connaît un succès immédiat comme virtuose. Il fera la tournée des grandes capitales et, en 1950, s’installera temporairement à Paris pour continuer à se former  avec de grands interprètes d’autres instruments tels le violiniste George Enescu, et le pianiste Walter Gieseking. Il prendra aussi des leçons privées avec Nadia Boulanger. Après Paris, il ira répéter l’expérience en Italie. Yepes est donc un musicien chevronné, et un homme de lettres par surcroit!

En 1964, Yepes s’exécute avec un nouvel instrument qu’il développe avec le luthier José Ramírez III; une guitare à dix cordes. Son premier concert avec l’instrument est ce même Aranjuez, cette fois avec le Philharmonique de Berlin. A partir de ce moment, on l’entendra exclusivement avec cet instrument en public et sur disque.

En plus de Tárrega, j’ai programmé Yepes sur notre B+B de cette semaine dans une compilation qui adapte la musique pour luth de son compatriote Baroque Gaspar Sanz, transcrite pour sa guitare à 10 cordes. Du brésilien Heitor Villa-Lobos, ses cinq préludes et son concerto pour guitare et orchestra de chambre.


Bonne écoute!


0 commentaires:

Publier un commentaire

 

Pages vues la semaine précédente